Cet article a été consulté 5 162 fois

Les 80 ans du Front Populaire… Et maintenant ?

Pascal Bavencove est syndicaliste, ancien dirigeant de l’Union départementale de la CGT du Nord, et auteur d’ouvrages sur le mouvement social publiés aux éditions Geai Bleu. Fin connaisseur de l’Histoire sociale et syndicale, il revient pour Le Bilan sur le contexte et les victoires du mouvement ouvrier sous le Front Populaire, à l’occasion des 80 ans de ce dernier. Il évoque notamment le travail qu’a été celui de la CGT dans les années précédant 1936, sous sa formule « le blé semé, l’heure de la récolte arrive », et revendique l’héritage du Front Populaire pour nos luttes d’aujourd’hui.


Par Benoit Delrue. Lien court : http://wp.me/p6haRE-tW
2 100 mots environ. Temps de lecture estimé : 15 minutes. HorlA2


 

Le Bilan : Quel est le contexte, au printemps 1936, dans un pays qui va connaître un mouvement sans précédent ?

Pascal Bavencove : Tout d’abord, la situation internationale avec le régime fasciste de Mussolini en Italie dés le début des années 1920, le crash boursier de 1929 suivi de la récession aux États-Unis et la prise du pouvoir de l’extrême-droite hitlérienne en Allemagne en 1933 pèsent profondément sur la situation économique, politique et sociale de la France.
Grâce au développement de son agriculture, le pays était jusqu’alors relativement épargné. Il va être frappé par les répercussions de la crise boursière. Les ligues d’extrême droite comme les « Croix de feu » ,les « comités de défense paysanne » vont vite s’affronter au mouvement ouvrier.

Celui ci, divisé entre réformistes de la CGT de Jouhaux et la SFIO d’une part et la CGTU de Frachon et le Parti Communiste, sera dans l’obligation vitale de rechercher l’unité d’action. L’action de syndicalistes comme Martha Desrumaux ou Charles Tillon, notamment dans les gréves du Textile et les « marches des Chômeurs » en 1933-1934, va donner le ton à une mobilisation qui n’aura cesse de grandir. Au même moment, les scandales financiers comme celui de l’affairiste Stavisky renforcent l’antisémitisme.

Huma

LB : Qui composait le Front populaire, et quel était le programme de cette coalition politique ?

PB : En réaction aux émeutes de l’extrême-droite du 6 février 1934 et aux grandes manifestations de riposte qui suivent, un pacte d’Unité d’Action contre le fascisme sera signé lors du meeting populaire le 24 juillet entre le Parti Communiste de Thorez et la SFIO de Blum.
Son élargissement aux Radicaux, à la CGT et à la CGTU, comme au mouvement associatif (Ligue des Droits de l’Homme-Comité des Intellectuels Antifascistes et associations d’Éducation Populaires), permettra d’élargir le mouvement lors d’un meeting qui rassemble 500.000 personnes le 14 juillet 1935.

Des chants et des cris scandés par la foule, retenons “Du Travail et du pain !”, “L’unité vaincra !”.

Ainsi,le programme de ce qui deviendra le Front Populaire se construit à son origine à partir des aspirations du peuple. Maurice Thorez vient d’imprimer ce changement au Parti Communiste ; s’il continue à être le parti de la classe ouvrière, il travaille au rassemblement de toutes les couches populaires avec la participation militante de grandes figures intellectuelles du pays. En cela, il prend de court la SFIO, engluée depuis de nombreuses années dans ses relations avec le parti radical.

Ainsi, en janvier 1936, les partis radical, socialiste et communiste signent, avec l’appui de la CGT qui sera réunifiée en mars 1936, et aussi avec de nombreuses organisation du mouvement social, un programme de Rassemblement Populaire dans l’objectif d’une victoire aux élections législatives. Celle-ci aura bien lieu le 3 mai. Ce programme, en retrait de la plate-forme adoptée par le PC et la SFIO en juin 1935, fait la part belle aux radicaux, par souci de ne pas se mettre à dos la petite bourgeoisie. Ses propositions les plus hardies sont la semaine de 40 heures sans diminution de salaire et la nationalisation des usines d’armement.

Le 3 mai, le Front populaire remporte la majorité des suffrages : 2 millions de voix à la SFIO, 1,5 million au Parti Communiste qui double son score de 1932, et 1,4 million aux radicaux.
Léon Blum, chef du parti ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages est appelé à former le nouveau gouvernement. Les communistes, après débat, décident de soutenir ce gouvernement sans toutefois y participer.

 

LB : Un mouvement de grève s’est lancé au lendemain de la victoire du Front populaire aux élections législatives. Pourquoi à ce moment-là ? La représentation politique de la classe ouvrière, au pouvoir, ne suffisait-elle pas à garantir des avancées sociales ?

PB : Les premiéres grévistes n’attendent d’ailleurs pas la formation de ce gouvernement pour se lancer dans le mouvement, ni même un quelconque mot d’ordre de gréve venu d’en haut.

Chez Bréguet, au Havre, le motif initial est pour empêcher le licenciement de deux militants ayant fait gréve le 1er Mai. Vont suivre Latécoêre à Toulouse puis Bloch à Courbevoie. Ces mouvements sont généralement impulsés par des syndicalistes issus de la CGTU, dont le poids est prépondérant dans l’industrie. La gréve va s’étendre en vagues dans tout le pays jusqu’aux 30 000 ouvriers de Renault Billancourt.

En réalité, le gouvernement Blum, de par sa composition sociologique, n’a pas d’attaches avec le mouvement syndical .Il n’aura donc pas le rôle essentiel dans le conflit sauf à jouer un rôle d’arbitre au soir du 7 juin, date de l’Accord Matignon.

front_populaire_014

LB : Quelles étaient les revendications des grévistes ?

PB : L’augmentation des salaires liés à l’attribution d’un contrat collectif de travail (c’est ainsi que verront le jour les Conventions Collectives) sont au cœur du mouvement. Beaucoup d’aspects en découlent, comme celle de l’élection de « délégués du personnel » pour défendre les revendications.

Les grévistes expriment profondément leur désir de liberté… Les Congés Payés n’étaient pas au centre du débat, mais cette aspiration, certes une revendication syndicale, n’a pu trouver son sens que par le mouvement d’occupation des usines, au son de l’accordéon, quand la parole enfin se libère, quand les travailleurs usés à la tâche découvrent la joie d’être ensemble pour autre chose que le turbin. Ce qui n’était pas,et de loin, dans le programme du Front populaire sera réalité deux mois plus tard.

 

LB : Les grèves de mai-juin 1936 ont été inédites à plus d’un titre. Quantitativement, parce que 12.000 entreprises en grève ont été recensées équivalentes à deux millions de salariés en grève. Qualitativement, parce que pour la première fois la classe ouvrière en grève occupait les lieux de travail, en investissant les usines et les grands magasins, en organisant des bals populaires, des repas collectifs. Pourquoi une telle évolution des pratiques à cette date ?

PB : Déjà, la taille des entreprises. La concentration du capital, le taylorisme, le Fordisme exigent des unités de travail regroupant des quantités importantes d’ouvriers, comme les grands magasins une noria de vendeuses et de « petites mains ». Des travailleurs qui, contrairement à ceux d’avant 1914, sont moins nombreux dans l’agriculture et la « boutique », chez notre bon maître, chez notre Monsieur, pour citer Jacques Brel dans « JAURÉS ».

L ‘essor des communications revêt une grande importance dans la vision de la société des années 1930.Un réseau de Chemin de Fer qui irrigue maintenant toutes les villes et les bourgs de campagne et bien sûr l’électrification généralisée qui permet le développement de la TSF : la radio met chacun à égalité dans une certaine connaissance des réalités du pays et du monde.

En même temps, le mouvement ouvrier s’est structuré dans les quinze dernières années. 1936 n’est pas l’orage dans un ciel serein. De grandes figures ratissent le terrain depuis des années tels Pierre Semard chez les Cheminots, Henri Martel chez les Mineurs tout comme Gaston Monmousseau et Benoît Frachon dans les luttes interprofessionnelles. Les paysans rouges ont leur tribun, Renaud Jean qui jouera un rôle important à l’assemblée en 1936. Le blé semé, l’heure de la récolte arrive.

86534683_o

LB : Quelles ont été les victoires obtenues début juin, avec notamment les accords de Matignon ? Étaient-elles suffisantes pour cesser le mouvement – Maurice Thorez avait-il raison de déclarer, le 11 juin, qu’ « il faut savoir arrêter une grève dès que satisfaction a été obtenue » ?

PB : Retenons l’augmentation des salaires de 12 % en moyenne, les contrats collectifs, les libertés syndicales et leur exercice, les 2 semaines de Congés Payés et les 40 Heures. Ce qui loin d’être négligeable. Les gréves vont d’ailleurs durer dans certaines entreprises jusqu’à la première semaine de juillet : tout simplement parce que dans ces « taules », le patron refuse de se résoudre aux accords Matignon du 7 juin.

Les propos exacts de Maurice Thorez sont :  « il faut savoir terminer une grève, dès l’instant où les revendications essentielles ont été obtenues ».

Nous sommes en 1936 sur un formidable mouvement revendicatif visant à obliger le patronat de répondre aux revendications ouvrières. Le rôle du gouvernement Blum n’est pas essentiel dans ce conflit. La question se serait posée nécessairement d’une autre façon vis à vis d’une gréve visant à défaire le pouvoir politique, insurrectionnelle (comme en 1944) quand l’imbrication entre le patronat, Pétain et les nazis était avérée. L’expérience du mouvement syndical peut aussi permettre de répondre à cette question, dans le sens où il faut savoir ne pas s’épuiser, reconstituer ses forces et augmenter le niveau de conscience des travailleurs pour repartir à l’action le moment venu sur les revendications non résolues.

 

LB : 1936 a été une date-clef dans l’organisation de la classe ouvrière, dans le développement de la conscience de classe chez une majorité de salariés. Pourquoi ce mouvement émancipateur n’a pas su s’inscrire dans la durée – avec le retour au pouvoir du radical Daladier dès 1938 ?

PB : Comme nous l’avons noté plus haut, le danger de l’extrême-droite a été l’une des motivations essentielles des prémisses du Rassemblement Populaire. Dès le mois d’août 36, les premières failles du gouvernement Blum apparaissent avec son refus d’équiper en armes la République Espagnole contre Franco, soutenu par Hitler et Mussolini.

Dés lors, les capitalistes n’auront de cesse de préparer leur revanche. Leur formule glaçante « Plutôt Hitler que le Front populaire » résume parfaitement l’état d’esprit de la bourgeoisie.
La majorité réformiste de la CGT refusera le combat antifasciste et plusieurs de ses dirigeants comme Belin et Dumoulin rejoindront le camp défaitiste qui les mènera dans la collaboration.

Quand, en septembre 1938, les sinistres « accords de Munich » permettent l’invasion de la Tchécoslovaquie par Hitler avec le soutien de Mussolini, le radical Daladier, succédant à Blum, démissionnaire ainsi que l’anglais Chamberlain, vont donner au nazis le champ libre pour envahir l’Europe et l’Union Soviétique.

Dés lors, s’ensuivent l’interdiction de la presse puis du Parti communiste, l’expulsion de ses députés à l’assemblée, la mise au pas de la CGT par l’exclusion des anciens dirigeants ex-CGTU, prélude à sa dissolution par Pétain auquel Daladier va remettre le pouvoir.

La courte période du Front Populaire aura pourtant formé toute une génération de militants. Nous les retrouverons, pour beaucoup dans la clandestinité, dans les combats de la Résistance, et certains aux postes de ministres dés la Libération : Marcel Paul comme Ambroise Croizat, dirigeants du mouvement syndical dès 1936, mettront en œuvre des projets avortés sous le Front populaire comme la Sécurité Sociale, les Nationalisations, ou encore la naissance des Comités d’Entreprise.

numerospecialLB : Que devons-nous, aujourd’hui, aux travailleurs en lutte il y a de cela 80 ans ? Quel a été leur héritage ? Comment s’en inspirer aujourd’hui alors que la mobilisation contre la loi Travail bat son plein ?

PB : Croizat résume honnêtement les choses dés la Libération, au moment où le Parti Communiste réalise 25 % des suffrages et met tout son poids dans l’application du Programme du Conseil National de la Résistance. Le Ministre des Travailleurs nous dit : « Ne parlez pas d’acquis sociaux, mais de conquis sociaux, parce que le patronat ne désarme jamais », et aussi, « Rien ne se fera sans vous »…

Ainsi,dés 1947, sous l’impulsion des États-Unis, le capital sort du trou. La classe capitaliste, la seule à avoir majoritairement pactisé avec l’occupant va dès alors tarauder l’unité populaire réalisée à la Libération avec la complicité active des successeurs de Blum à la SFIO.
Il va falloir Mai 1968 pour que les travailleurs alliés au mouvement de la jeunesse étudiante se mettent en gréve (dans des proportions plus importantes qu’en 1936) afin d’obtenir des avancées sociales de grande ampleur.

Les grandes victoires du mouvement social du Vingtième Siècle (36-45-68) se sont produites en riposte à un vécu devenu intolérable pour une bonne partie de la population.
C’est l’un des aspects communs avec la naissance du mouvement contre la loi-travail qui aurait pour effet de revenir à la situation de 1935.

Renaissent alors les convergences à renforcer entre une jeunesse précarisée, en études ou pas, et un mouvement syndical divisé avec d’un côté une dynamique de lutte certes importante, mais contrariée par certaines organisations syndicales pataugeant dans le marais du renoncement et de soumission aux intérêts du capital.

La reconstruction d’un rapport de forces et la conscience que celui-ci peut changer la donne mérite une réappropriation, non seulement de connaissances historiques, mais d’une culture de « mise en commun » de forces atomisées ou disséminées. Ce qui peut permettre la maturation et l’extension du mouvement vers ceux qui en ont l’intérêt, sans aujourd’hui avoir la possibilité d’y participer. A ce titre, les initiatives « Nuit Debout » semblent en représenter les prémices.

 

Lien court de l’article, à partager : http://wp.me/p6haRE-tW

3 commentaires

  • le pirate

    les congés payés ce n’est pas le pen ni les faschos
    c’est la lutte avec un PC tres fort et un syndiclisme puissant de a CGT
    voter le pen en 2017 c’est poursuivre ce qui ce fais aujourd’hui.

  • un vilain capitaliste

    Bizarrement vous « oubliez » de rappeler que le Front populaire a été un désastre sur le plan économique. De bien belles idées certes mais comme toujours non financées et à courte vue (hausse des salaires artificielle qui engendre chômage, hausse des prix et dévaluation, fuite des capitaux…). Demain on rase gratis… La Gauche n’apprendra-t-elle jamais de ses erreurs?

  • Florent

    En vous lisant sur FB j’ai vraiment l’impression qu’avec la loi El Khomri nous allons revenir à 15 jours de congés payés et qu’au final il vaudra mieux « voter Le Pen que Hollande en 2017 pour les ouvriers »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *